Méthodes d’essais et performances de retard à l’effraction

Partagez

Plusieurs centaines de milliers de cambriolages de logements sont constatés chaque année et, pour un quart d’entre eux, les cambrioleurs sont passés par une fenêtre. Toutefois, certaines fenêtres certifiées sont équipées de systèmes qui permettent de retarder les intrusions. 

La capacité d’un produit à résister à des tentatives d’effraction dans un local ou un espace protégé par la force physique ou l’utilisation d’outils est nommée « retardement à l’effraction » et peut désormais être évaluée par les laboratoires du CSTB. C’est une option proposée à la filière dans le cadre de la certification des fenêtres NF. Ces performances sont déterminées selon les normes européennes.

Ce critère a pour objet de vérifier que la conception et la fabrication des fenêtres permettent un retard de plusieurs minutes lors d’une tentative d’effraction. En effet, le premier niveau de mesure de performance permet de vérifier qu’une fenêtre résiste durant 3 minutes d’attaque effective d’un individu. Pour se voir délivrer cette certification, les produits doivent répondre positivement à différents essais statiques, dynamiques et manuels réalisés au CSTB. Par ailleurs, la vérification de la configuration testée est effectuée lors des audits de suivi dans le cadre de la certification, et les performances certifiées de retardement à l’effraction sont vérifiées à nouveau tous les 5 ans.

EN SAVOIR PLUS

Certification Fenêtres et blocs-baies aluminium à rupture de pont thermique

Certification Fenêtres et blocs-baies PVC