Isolation courante et gain thermique par rapport à un bâtiment non isolé

Partagez

« En période estivale, il est très important de limiter la transmission de l’énergie solaire à l’intérieur du bâtiment à travers les parois opaques et vitrées.

Pour les parois opaques, la quantité d’énergie transmise par le rayonnement solaire est inversement proportionnelle à la résistance thermique de la paroi et dépend donc de l’isolation thermique installée. Ainsi, un bon niveau d’isolation de l’enveloppe participe efficacement à la réduction du flux de chaleur traversant la paroi. Cette réduction pour un niveau d’isolation courant par rapport à une paroi non isolée est d’un facteur 10(1).

Par ailleurs, la couleur du revêtement extérieur de la paroi a une importance primordiale. En effet, les surfaces sombres absorbent jusqu’à trois fois plus de rayonnement infrarouge solaire que les teintes claires. Certains revêtements/peintures réfléchissant(e)s permettent de réduire davantage l’énergie absorbée par la paroi, à condition de présenter des caractéristiques durables dans le temps.  

Pour les parois vitrées, la conception et l’orientation des parois doit faire l’objet d’une attention particulière pour éviter qu’elles n’atténuent l’efficacité de l’isolation des parois opaques. Le recours aux protections solaires extérieures permet de réduire significativement la part de l’énergie solaire transmise. »

(1) Ordre de grandeur du rapport entre le coefficient de transmission thermique d’une paroi non isolée (U proche de 5) et d’une paroi isolée niveau RT2012 (U = 0,3 à 0,2).